Pour pouvoir regarder le video, vous devez accepter "tous les cookies". Veuillez ajuster vos paramètres et réessayer. Changez votre consentement.


Inciter les utilisateurs à référencer leurs données dans une infrastructure de données géographiques n’a jamais été chose facile: les formulaires complexes et interminables sont plutôt intimidants et décourageants. 

À Camptocamp, nous souhaitons simplifier cette expérience de collecte, nous voyons les choses intuitivement: glisser/déposer les géodonnées, vérifier que tout est correct, répondre à quelques questions simples, et voilà ! 

Le Datafeeder est né.


Basée sur les librairies Spring Boot et Angular, cette toute nouvelle application est entièrement intégrée à l’IDG geOrchestra, elle interagit avec GeoNetwork et GeoServer via leurs APIs. 

Les données sont analysées immédiatement après upload : format, système de référence spatiale, boîte de délimitation, nombre d'entités, encodage...

Datafeeder | © Camptocamp
Datafeeder | © Camptocamp


À l’étape suivante, l'utilisateur peut corriger un mauvais encodage ou identifier un problème avec le système de référence spatiale grâce à un retour visuel immédiat.

Les écrans suivants de l'assistant permettent de saisir les métadonnées de base comme le titre, la description, les balises, la date, l'échelle et la provenance du jeu de données.


On pourrait se dire que c'est très peu d'informations pour une métadonnée ISO... comment les autres champs sont-ils remplis ?

Nous utilisons en fait un template de métadonnées, qui est surchargé des informations en provenance :

  • du processus de soumission lui-même, comme pour la date de création de la métadonnée.
  • de l'utilisateur connecté et de l'organisation à laquelle il appartient (informations de contact)
  • des valeurs du formulaire de saisie
  • des données extraites automatiquement du jeu de données (boîte de délimitation, système de référence spatiale, etc.)


Une fois le processus de collecte terminé, les données sont poussées vers une base de données PostGreSQL / PostGIS, tandis qu'une couche GeoServer et une métadonnée ISO sont créés.

    Datafeeder | © Camptocamp

    Pour garder les choses bien organisées :

    • les données sont poussées vers un schéma PostGreSQL nommé selon l'organisation de l'utilisateur. Ce schéma est créé à la volée s’il n’existait pas déjà.
    • la couche geoserver appartient à l’espace de travail GeoServer associé à l’organisation de l’utilisateur.
    • la métadonnée ISO est créée dans un groupe GeoNetwork propriété de cette même organisation.


    Nous aimerions ajouter d'autres fonctionnalités à ce noyau, une fois que nous aurons obtenu des fonds pour cela :

    • Le support de plus de formats en upload, comme par exemple GeoPackage, GeoJSON, ... et même des données sans composante spatiale pour gérer l’OpenData. Les données raster seraient également les bienvenues.
    • La possibilité de définir les droits de diffusion des données et des métadonnées - ils héritent actuellement des règles déjà définies pour leur espace de travail / groupe.
    • La mise à jour des métadonnées en utilisant la même interface, plutôt que dans GeoNetwork.
    • Et bien d'autres choses encore ! 


    Le module “datafeeder” est actuellement publié via geOrchestra sous les termes de la licence GPL v3. Ce développement contribue non seulement au projet geOrchestra, mais aussi au projet GeoNetwork, puisque la plupart des composants ont été reversés dans la bibliothèque geonetwork-ui. Il nous a également permis de fournir un client REST java pour geoserver à la communauté GeoServer. Nous tenons à remercier chaleureusement le département français de la Haute-Loire pour avoir sponsorisé le travail initial.

    Nous serions ravis de recevoir vos commentaires !

    N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions.

    En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient utilisées aux fins décrites dans la politique de confidentialité.
    Ce site est protégé par reCAPTCHA et Google Privacy Policy & Terms of Service apply